Femme fatale: comment expliquer ce phénomène?

Femme fatale: comment expliquer ce phénomène? .

date de parution : 2021-03-30 .

 

La rédaction de notre magazine s'est entretenue avec un psychologue relationnel pour comprendre le phénomène de la femme fatale.

Sur le sujet des femmes fatales, on tourne des films, on √©crit des romans, on d√©dicace des po√®mes. Ils deviennent souvent le centre de scandales, de jalousie g√©n√©rale, d'intrigues sociales et la cause de divorces de couples. Rares sont les hommes qui peuvent garder une femme pr√®s d'elle pendant longtemps, et en la perdant, ils sont longs √† ne pas pouvoir reprendre leurs esprits et assumer ce qui s'est pass√©. De plus, cette s√©paration s'accompagne le plus souvent de pertes financi√®res, de trahisons, d'incertitudes et, par cons√©quent, d'un cŇďur bris√©, voire d'une vie. Un homme qui a r√©ussi √† "s'accrocher" √† la relation avec la femme fatale, condamn√© √† un stress permanent, mais qui, comme un toxicomane, ne souhaite qu'une chose : augmenter la "dose".

Comment expliquer le phénomène de la femme fatale, en quoi ces représentantes de la belle moitié de l'humanité se distinguent-elles de leurs compatriotes féminines normales, quels sont les principaux signes de la femme fatale et quels sont les hommes enclins à devenir les victimes de ce type d'abus exquis ? On a demandé une explication détaillée à Yulia Levkovskaya, psychologue relationnelle, coach en fixation d'objectifs et fondatrice de l'application HLP.

Femme fatale : de l'ange à la garce


"La caract√©ristique principale de la femme fatale - commente Julia Levkovskaya - est la confiance en soi √† cent pour cent et la conviction absolue qu'elle est capable de tomber amoureuse de n'importe quel homme. Elle est brillante, souvent belle, elle ment habilement, elle a une bonne capacit√© d'adaptation, c'est une actrice de talent, on lui donne facilement les images de l'ange √† la garce, qu'elle ne manque pas de profiter de n'importe quelle situation. Elle a un haut niveau d'intelligence - poursuit Julia - une condition pr√©alable √† la capacit√© de manipuler les autres (et pas toujours les hommes). Elle se distingue par son intelligence et sa capacit√© √† comprendre, au moins √† un niveau de base, le "principal programme" d'int√©r√™t des hommes : le sport, la politique, la culture, la science, ce qui fait d'une telle personne un interlocuteur facile dans la soci√©t√© masculine. Elle sait rapidement comment transformer la vie d'un homme en attraction ou en vacances (de mani√®re illusoire, bien s√Ľr, mais la victime ne le sait pas encore).



La femme fatale
"Julia Levkovskaya est psychologue relationnelle, coach en fixation d'objectifs et fondatrice de l'application HLP.

Une telle femme se distingue de ses compatriotes f√©minines, - poursuit Julia Levkovskaya, - par une confiance en soi excessive, une attitude facile envers la vie en combinaison avec un certain √©go√Įsme. C'est une actrice, une s√©ductrice, qui conna√ģt la psychologie masculine et sait exactement sur quels "boutons" il faut appuyer. Si l'on parle du portrait de la victime potentielle d'un pr√©dateur aussi mignon - dit le psychologue - √† l'avant-garde du statut social et financier des hommes (il gagne de l'argent sur le principe du reliquat, en tant que propri√©taire de l'entreprise, cadre sup√©rieur ou h√©ritier du capital). Cet homme n'est pas √©tranger au divertissement et aux vacances. Il est souvent f√™tard et amateur de vie color√©e. Il se distingue par une l√©g√®re na√Įvet√©, un certain romantisme, une certaine r√™verie. Un tel homme aime l'intrigue et le balancement dans les relations : il se pr√©cipite d'un extr√™me √† l'autre sur le principe du "chaud-froid".

La femme fatale attire ces hommes par le fait qu'aujourd'hui elle est passionn√©e, amoureuse et adore - dit le psychologue - et demain elle est froide ou m√™me dispara√ģt de la vie de l'√™tre aim√© pour une p√©riode ind√©finie. Ainsi, elle ne cesse de susciter l'int√©r√™t et de "planter" un homme sur "l'aiguille √©motionnelle" et la d√©pendance √† son √©gard. √Ä tout ce qui pr√©c√®de, il convient d'ajouter que son apparence peut rarement √™tre qualifi√©e de m√©diocre. Par cons√©quent, elle se sent au sommet dans une soci√©t√© masculine, ce qui est tr√®s flatteur pour l'homme. La pr√©sence d'une telle femme √† proximit√© augmente son estime de soi, il per√ßoit sa compagne comme un troph√©e, d√©corant son mur d'honneur - conclut la psychologue Yulia Levkovskaya.¬†

Afin d'illustrer le type discut√©, nous avons d√©cid√© de nous tourner vers des biographies c√©l√®bres de femmes qui, par leur destin et leurs relations avec les hommes, repr√©sentent une certaine quintessence de tout ce qui est d√©crit ci-dessus. Ces h√©ro√Įnes peuvent, sans l'ombre d'un doute, √™tre class√©es parmi les femmes fatales notoires.

Femme Fatale Amber Heard. J'ai rayé Johnny Depp de la liste des hommes riches.

Pendant ses 32 ans, la c√©l√®bre "fille du Danemark", mais en fait - une fille du Texas, est devenu c√©l√®bre pour pas tellement de r√īles, bien que leur compte de l'actrice plus de quarante, et des histoires dans la presse. Dans un premier temps, les tablo√Įds ont fait leurs gros titres sur sa liaison avec Johnny Depp (√† l'√©poque, l'acteur entretenait une relation de plusieurs ann√©es avec Vanessa Paradis), puis on a annonc√© des fian√ßailles et un mariage secret avec Johnny Depp, et enfin le monde entier a √©t√© secou√© par le bruit soulev√© par un divorce scandaleux avec le m√™me Johnny Depp. Parall√®lement √† l'intrigue centrale de la biographie de l'actrice, les m√©dias ont r√©v√©l√© de temps √† autre des d√©tails sur sa relation avec le photographe Tasey van Ree et le mannequin Marie de Villen. L'actrice a souvent affich√© sa bisexualit√© aux journalistes. Au cours de la proc√©dure de divorce, Amber a intent√© un proc√®s √† la c√©l√®bre somme de six z√©ros, qui, selon ses propres termes, √©tait pr√™te √† se laisser aller √† la charit√©. Alors que le r√®glement du divorce d'Amber et les frais de justice ont fait passer Depp du statut d'acteur le plus riche et le plus puissant d'Hollywood √† celui de c√©l√©brit√© d√©vast√©e et alcoolique, Amber est devenue l'actrice la plus attendue de tous les √©v√©nements sociaux de l'ann√©e et l'actrice en lice pour les gros succ√®s au box-office.



Gabor. Une lionne d'Hollywood aux racines ukrainiennes.

Mme Gabor se mariait et divorçait tous les trois ou quatre ans. Ses divorces lui ont rapporté des millions de dollars, des bijoux rares et des biens immobiliers : "Je suis une femme au foyer née. Quand je divorce d'un autre mari, je récupère sa maison", plaisantait-elle lors de ses nombreuses interviews.

La blonde platine aux neuf mariages et au sens de l'humour p√©tillant aimait √† r√©p√©ter : "Je ne connais rien au sexe, car j'ai toujours √©t√© mari√©e. Mais en cela, Zsa Zsa Gabor √©tait manifestement un peu d√©cevante. La brillante mondaine, connue non seulement pour ses r√īles au cin√©ma, mais aussi pour ses scandales retentissants, ses romans avec des chefs d'√Čtat, des millionnaires, des diplomates, des acteurs et des actrices, le "Golden Globe" de l'"actrice la plus glamour" pour 1958, ainsi que de nombreux aphorismes ail√©s sur l'amour et le luxe. Sa liste de relations tr√®s m√©diatis√©es comprend les liaisons avec John Kennedy, Richard Nixon, Howard Hughes, Henry Kessinger, Frank Sinatra, Sean Connery, Conrad Hilton et son fils - Conrad Hilton Jr., Greta Garbo... En bref, Ja Gabor est l'une des personnalit√©s cl√©s du show-business am√©ricain et de la chronique sociale du XXe si√®cle.

D'ailleurs, la c√©l√®bre phrase "Les hommes aiment avec leurs yeux et les femmes avec leurs oreilles" lui appartient. Car son amour des aventures amoureuses et du luxe ostentatoire a suivi le monde entier, les paparazzi en ont r√™v√© presque autant que la princesse Diana, quelques d√©cennies plus tard - c'est ainsi que la jeune fille a √©t√© √©lev√©e dans une famille juive bourgeoise de la capitale de la Hongrie. Sa m√®re, Joly Gabor, n√©e Janci Thieleman, √©tait issue d'une famille de bijoutiers qui vivait √† Drogobych (actuelle r√©gion de Lviv). C'est elle qui a orient√© sa fille a√ģn√©e dans ce qu'elle pensait √™tre la seule bonne direction : devenir actrice. Cependant, les deux autres filles de "Mama Jolie" ont √©galement brill√© sur les √©crans dans les ann√©es 50. Il convient de noter que Zsa Zsa - la seule des trois sŇďurs - a donn√© naissance √† un enfant, et ce par accident. La rumeur veut que la grossesse de la mondaine soit le r√©sultat d'un viol commis par Conrad Hilton (fondateur de l'empire h√ītelier Hilton), qui √©tait son mari officiel √† l'√©poque. Sa fille Francesca Hilton mourra √† l'√Ęge de 67 ans, 13 mois avant la mort de Ja Ja Gabor elle-m√™me. La m√®re ne saura jamais la mort de sa fille : le neuvi√®me mari de la mondaine √©tait trop protecteur de sa sant√© psychologique.¬†

Brigitte Bardot. Et le diable a créé une femme

"Et Dieu cr√©a la femme"... Bien s√Ľr, √† ce moment-l√†, Dieu, ou comme l'√©glise romaine le pr√©tendait, le diable, cr√©ait Brigitte Bardot. Actrice l√©gendaire et sex-symbol de la France dans les ann√©es 60-70 du 20e si√®cle. Sa filmographie compte plus de quarante r√īles, dont √† peine trois sont visibles au premier coup d'Ňďil, mais les romans et les innovations √† la mode de la c√©l√®bre BB sont encore discut√©s aujourd'hui. Son image est copi√©e √† plusieurs reprises pour de nombreuses s√©ances de photos dans les m√©dias √† papier glac√©. C'est son nom qui vient √† l'esprit lorsqu'on √©voque la culture pop des ann√©es 60, et le single Je t'aime de Serge Gainsbourg... Moi non plus ("I love you ... I love you - too, no"), marqu√© au d√©but des ann√©es 70 par une quasi r√©volution sexuelle en France et qualifi√© par le pape de "pornographie", a √©t√© √©crit par un musicien c√©l√®bre juste pour Brigitte au moment de leur br√®ve romance. Dans le "palmar√®s" de l'actrice - mariage avec le r√©alisateur Roger Vadim, l'acteur Jacques Charrier et le milliardaire Gunther Sachs, romans avec l'acteur Jacques-Louis Trintignant, un compositeur et auteur-compositeur Serge Gainsbourg, le musicien Gilbert Beco. De tous les hommes de la vie de Brigitte, seuls quelques-uns ont r√©ussi √† √™tre les initiateurs de la rupture. L'un d'eux est Trintignant, qui trouve Brigitte superficielle et d√©cide de la quitter. Dans la plupart des cas, l'actrice passe d'une relation √† une autre, laissant derri√®re elle un cŇďur masculin bris√©. Cependant, elle a r√©ussi √† briser le cŇďur de son propre fils, n√© d'un mariage avec Larger. Selon l'actrice elle-m√™me, il lui a toujours √©t√© difficile d'aimer Nicolas, car elle ne s'est jamais sentie comme une m√®re.



Anna Pavlova. Prédatrice de St. Petersburg.

En 1909, à Saint-Pétersbourg, la plus grande rumeur court sur l'arrestation d'un brillant dandy et favori de la grande lumière, le baron Dandre. La rumeur veut que le baron ait laissé toute sa fortune à sa concubine, la ballerine Anna Pavlova, et qu'il ait été placé en détention préventive pour détournement de fonds. Le sort et la liberté de la célèbre ballerine amoureuse dépendaient de son témoignage au tribunal, mais personne ne savait si elle voulait interrompre leur tournée parisienne pour participer à l'enquête : Des rumeurs couraient sur sa nouvelle romance avec Mikhail Mordkin, la première beauté de ballet des Saisons russes à Paris, tandis que le fonctionnaire Victor Emilievich Dandre, aux soins duquel la ballerine avait vécu pendant plusieurs années et aux frais duquel tous ses costumes de scène avaient été achetés, était pris dans un pot-de-vin alors qu'il commandait la construction du pont Okhta. À Saint-Pétersbourg, le baron Dandre sympathise, mais Pavlova condamne : elle est qualifiée de " prédatrice, qui aspire chaque goutte d'un riche amant, puis s'envole pour Paris ". Mais la ballerine était déjà insatisfaite de Paris. Au lieu d'aller en Russie pour sauver l'ancien patron, Anna Pavlova rompt le contrat avec le célèbre Diaghilev et part en Amérique et à Londres en compagnie d'un nouvel amant - Michael Mordkin.

Anna, la fille ill√©gitime du banquier de Saint-P√©tersbourg Lazar Polyakov et de la blanchisseuse Lyubov Feodorovna, qui a connu d√®s l'enfance la haine de son beau-p√®re, le m√©pris de sa m√®re, qui consid√©rait la fille comme un fardeau, et le d√©part pr√©coce d'un bon manoir √† deux √©tages de sa m√®re achet√© avec de l'argent "par honte", n'a pas √©t√© avant la tendresse du veau. La formation √† l'√©cole imp√©riale de th√©√Ętre a √©t√© pour Anna le salut et un billet pour la "grande vie". Apr√®s la premi√®re repr√©sentation, o√Ļ la jeune ballerine a √©t√© oblig√©e de briller dans des chaussures de pointe pi√©tin√©es et un vieux tutu, Anna a eu de nombreux m√©c√®nes qui √©taient heureux de payer les factures de la jeune danseuse. Le mentor Anna devient elle-m√™me Matilda Kshesinskaya. Bient√īt, l'un des m√©c√®nes a achet√© √† la jeune fille talentueuse le titre co√Ľteux de ballerine, qui √† l'√©poque ne r√©compensait que les filles ill√©gitimes des membres des familles aristocratiques qui souhaitaient lier leur vie au ballet. Anna a brill√© √† Saint-P√©tersbourg dans une soci√©t√© d'artistes √©minents, repr√©sentants de la cour imp√©riale et de la boh√®me. Plus tard, elle quitte d√©finitivement la Russie et acquiert une renomm√©e mondiale. Cependant, de nombreux amants et admirateurs ont accompagn√© Anna jusqu'√† la fin de sa vie, m√™me apr√®s que la c√©l√©brit√© du ballet ait √©pous√© le baron Dandre susmentionn√©. Il deviendra son manager et la cause indirecte de sa mort. Dandre, autrefois rescap√© de la disgr√Ęce et de la pauvret√©, obligeait sa femme √† se produire par cupidit√©, m√™me malade. L'une de ces repr√©sentations s'est termin√©e par le d√©c√®s de la l√©gendaire ballerine des suites d'une pneumonie.¬†

Matilda Kshesinskaya. L'amante de l'empereur.

"Elle a parfaitement pris en compte les forces et surtout les faiblesses des hommes, ces Rom√©o √©ternellement en qu√™te, qui disent tout ce qu'ils veulent sur les femmes, et dont les femmes font tout ce qu'elles, les femmes, veulent", a d√©clar√© Vladimir Arkadyevich Telyakovsky, directeur des th√©√Ętres imp√©riaux, qui, cependant, a √©t√© impuissant √† caract√©riser le talent sc√©nique de la danseuse Matilda Kshesinskaya. Le directeur du th√©√Ętre a d√©crit les fr√©quentes rencontres et m√™me les messages cod√©s des plus hauts niveaux du gouvernement avec la ballerine. Sergei Mikhailovich Romanov, pr√©sident du th√©√Ętre russe et commandant de l'artillerie, ne cessait de parler des caprices de son vis √† vis : "Nous avons un excellent ballet et une terrible artillerie", plaisantait-on dans la haute soci√©t√© de l'√©poque. Sergue√Į Mikha√Įlovitch a prodigu√© √† sa bien-aim√©e des bijoux, dont une impressionnante collection de Faberg√©, et des biens immobiliers : √† c√īt√© de sa datcha de Strelna, Romanov a construit une centrale √©lectrique, car "Malenka avait peur du noir". Mathilde choisit un autre Romanov - Andrei Vladimirovich, cousin de Nicolas II - et en 1902, elle donne naissance √† son fils bien-aim√©. C'est √† lui que la ballerine s'est mari√©e pendant la r√©volution, d√©j√† en exil en France. Matilda rejoint la famille imp√©riale et obtient m√™me le titre de grande-duchesse Romanovskaya-Krasinskaya. En exil, l'ancien amant de l'empereur Nicolas II et certains de ses proches ont ouvert un studio de ballet o√Ļ, selon les rumeurs, "le grand duc arrosait le sol avec un arrosoir pour que les filles ne glissent pas dans leurs chaussons de danse". La ballerine, la belle "pomme de discorde" de la famille Romanov, est mont√©e sur sc√®ne pour la derni√®re fois √† l'√Ęge de 64 ans et, comme pr√©vu, elle a √©t√© ovationn√©e. Ainsi, on peut conclure que les soup√ßons sur les femmes russes sont justifi√©s.