Mariages de femmes russes avec des Canadiens : les choses à savoir

Mariages de femmes russes avec des Canadiens : les choses à savoir .

date de parution : 2021-04-09 .

Mariages de femmes russes avec des Canadiens : les choses à savoir

Quelques caract√©ristiques des mariages mixtes au Canada. Serez-vous dorlot√©e et choy√©e par votre mari canadien ou forc√©e de travailler √† √©galit√© avec lui ? Bonjour, chers amis, on m'a pos√© une question aujourd'hui : est-ce que je connais des couples mixtes ? C'est-√†-dire l√† o√Ļ nos femmes russophones se sont mari√©s ou ont √©pous√© des locaux. J'ai de tels couples, bien qu'ils ne soient pas nombreux. Mais ils ont tous quelque chose en commun. Et je suppose que vous pourriez essayer de r√©sumer ces traits communs. Des hommes attentionn√©s... Qu'est-ce que je peux dire ? D'abord, quels sont les bons et les mauvais c√īt√©s. D'apr√®s ce que m'ont dit les personnes que je connais qui ont eu ce genre de relations, localement, si nous parlons des hommes, ils sont plus attentionn√©s, plus pr√©venants. Elles font le genre de travail que nos hommes russophones consid√®rent comme purement f√©minin, sans caprices ni probl√®mes. Il est normal qu'elles aident √† la maison, s'occupent des enfants.

Un point int√©ressant est qu'il n'est pas rare ici d'avoir un homme en cong√© de maternit√© plut√īt qu'une femme. C'est-√†-dire que la femme a accouch√©, et litt√©ralement un mois plus tard elle va travailler, et l'homme prend un cong√© de maternit√©, et reste avec l'enfant pendant un an et demi selon les lois locales. ... et des femmes tr√®s sp√©cifiques

Point suivant, il s'agit des femmes, des filles qu√©b√©coises. Les filles locales canadiennes sont tr√®s sp√©cifiques. Elles ont un degr√© moindre de "va l√†-bas, je ne sais pas o√Ļ, et apporte quelque chose, je ne sais pas quoi". Ils disent √† l'avance, ils disent sp√©cifiquement ce qu'ils attendent de la relation, ce sur quoi ils veulent sp√©cifiquement que la relation porte. C'est-√†-dire, disons, que c'est presque comme un contrat verbalis√©, parl√©. C'est-√†-dire qu'au d√©but d'une relation, les parties conviennent de qui attend quoi de l'autre. Et, en fait, apr√®s cela, c'est ce que les parties re√ßoivent. Et si les partis ne l'obtiennent pas, alors ils se divorcent, et tout le monde sait pourquoi ils se s√©parent.

Résolution des problèmes domestiques et d'argent 

Le moment qui concerne l'entretien ménager. Ici, il est admis que l'homme et la femme divisent en deux toutes les dépenses qu'ils ont. Cela peut être choquant pour nos concitoyens, car dans les familles russes, l'homme est très souvent le soutien de famille, et c'est lui qui assume toutes les dépenses liées à la famille, au ménage, etc. Au Canada, les hommes et les femmes travaillent, en règle générale, car il n'est pas facile de survivre avec un seul salaire. Et c'est pourquoi ils divisent clairement qui porte quelle part des problèmes familiaux. Par exemple, si une famille contracte un prêt hypothécaire, elle convient que le mari paiera le prêt, et que la femme paiera la nourriture et peut-être les vêtements, en fonction du montant du prêt. Quels sont les problèmes, les conflits, ce que j'ai entendu dire ? Des problèmes se posent lorsque certaines personnes disent que les hommes et les femmes en région sont cupides. En termes de quoi ? En ce sens qu'ils ne sont probablement pas radins, ils sont habitués à économiser, à être économes. Ils comptent donc exactement combien ils doivent acheter, par exemple, combien de pommes de terre ils doivent acheter.

Quand une femme cuisine, elle doit faire un certain nombre de galettes. Et si, au cours du repas, vous avez mangé deux escalopes au lieu d'une, vous recevez un regard critique. J'ai entendu des histoires comme ça. Un petit quelque chose d'autre. Quoi d'autre ? Il y a des hommes ici, des hommes locaux, qui prennent des femmes russophones comme épouses, qui croient qu'ils - je ne dis pas tous, mais, encore une fois, je parle de ce que j'entends - qui prennent nos femmes russes comme épouses, et croient qu'ils ont fait une énorme faveur aux femmes. Et les femmes leur sont redevables pour la vie. Naturellement, nos femmes, dès qu'elles ont compris, disent : "Tu sais quoi, chérie ? "Va en enfer pour un long moment. Je ne suis pas une machine à laver, je ne suis pas un jouet sexuel. J'ai mes propres intérêts, ma propre vie." Et ils se séparent rapidement. Mais, encore une fois, je vous rappelle, pour ceux qui ne savent pas, qui n'ont pas entendu. L'année dernière, une loi a été adoptée selon laquelle si une femme ou un homme se marie et acquiert par ce mariage le statut de résident permanent, c'est-à-dire obtient un permis de résidence permanente au Canada, et si les personnes se séparent dans les deux ans suivant le mariage, alors, quelles que soient les raisons pour lesquelles cela s'est produit, la personne qui a obtenu un permis de résidence sur la base du mariage reçoit un avis d'expulsion. Il doit quitter le pays. Cette mesure a été prise à la suite de nombreuses plaintes de Canadiens qui, lorsqu'ils font venir des épouses de l'étranger, une fois qu'elles se sont habituées, commencent à mal se comporter, à divorcer, à poursuivre les Canadiens locaux pour leurs biens et à vivre heureux pour toujours.

 

Quelques caractéristiques des mariages mixtes au Canada.

Serez-vous dorlot√©e et choy√©e par votre mari canadien ou forc√©e de travailler √† √©galit√© avec lui ? Ensuite, la prochaine question d√©licate. C'est la question des enfants. Il y a des habitants qui, par principe, ne permettent pas √† leur moiti√© √©trang√®re de parler √† leurs enfants avec la langue commune de l'autre moiti√©, uniquement dans la langue nationale. C'est-√†-dire uniquement en anglais ou uniquement en fran√ßais. Il y a donc un gros probl√®me avec le fait que votre enfant, disons, si vous pr√©voyez d'√©pouser un √©tranger, plus pr√©cis√©ment, un Canadien local, ne conna√ģtra pas le russe.

Il n'y aura donc aucune communication entre vous et l'enfant, sauf en anglais ou en fran√ßais. Mais encore une fois, je veux insister sur le fait que je ne parle que des aspects n√©gatifs de la question li√©s aux mariages des n√ītres et des Canadiens locaux. Un baril de miel Parmi les points positifs, qu'y a-t-il ? C'est que si vous √©pousez un local, cela acc√©l√®re beaucoup, facilite votre adaptation, votre recherche d'emploi, parce qu'ils connaissent la langue, bien s√Ľr, vous leur parlez tous les jours. Et la p√©riode, disons, qu'il faut √† ceux qui sont venus par leurs propres moyens pour apprendre la langue, et entre vous, si vous vous mariez ou vous vous mariez, elle est r√©duite plusieurs fois. Ainsi, au lieu d'apprendre la langue pendant un an et demi ou deux ans pour la parler de mani√®re plus ou moins tol√©rable, vous apprendrez la langue en 6-7 mois.

Travail.

Naturellement, les canadiens connaissent les tenants et les aboutissants et peuvent r√©diger correctement un CV. Ils savent √† qui s'adresser pour les postes vacants. Ils ont un cercle professionnel ici, et ils peuvent vous aider √† trouver votre premier ou deuxi√®me emploi. Et c'est un grand soutien, aussi, une aide. De plus, vous ne serez pas seule ici dans le sens o√Ļ si vous avez un grand amour chaleureux, et que la famille locale le voit, ce sont des gens tr√®s chaleureux, en fait, s'ils vous aiment bien. Par cons√©quent, vous n'aurez jamais l'impression d'√™tre une √©trang√®re, une marginale, etc. Mais, d'ailleurs, il y a une si petite nuance. Avec toute cette bonne attitude, si, disons, notre femme vient ici, elle donne naissance √† des enfants, alors, tant que les enfants sont petits, il n'y a aucun probl√®me, aucune question. Mais d√®s que l'enfant est en √Ęge d'aller √† l'√©cole maternelle et que la m√®re continue √† rester √† la maison,¬†l'homme commence √† la regarder non pas de mani√®re accusatrice, mais avec attention. Du genre : "Ch√©rie, tu veux aller travailler ? Tu ne veux pas contribuer au budget familial ?" Je veux dire, c'est plus une question de : "Je suis une femme au foyer, et j'ai la maison et les enfants sur mes √©paules", √ßa ne marche pas ici. Parce qu'ici, encore une fois, comme je l'ai dit, il est assez difficile de vivre avec un seul salaire. C'est pourquoi, ici, ils essaient d√®s que possible d'emmener leurs enfants au jardin d'enfants ou √† l'√©cole, et d'aller eux-m√™mes travailler. En cons√©quence, ils attendent la m√™me chose des femmes Russes.